Etoiles de mer Ocearium du Croisic

Sur les  centaines d'espèces dénombrées à ce jour, l'Océarium en présente plus  d'une quinzaine différentes, colorées et vivant sur toutes les profondeurs et dans tous les océans. 
Elles ont généralement une espérance de vie de 4 à 5 ans et peuvent mesurer quelques millimètres jusqu'à plus d'un  mètre d'envergure pour l'étoile Tournesol du Pacifique Nord-ouest. 
Leur régime alimentaire varie selon les espèces. Certaines comme l'Acanthaster  consomment des polypes de corail. La majorité subsiste en se nourrissant de matières organiques ou végétales en décomposition. Presque toutes sont des opportunistes rampants, prêts à attaquer et à consommer plus ou moins toute créature rencontrée et vaincue. Lors de l'attaque d'un bivalve coriace, comme une moule ou un clam, l'étoile de mer s'enroule autour de l'adversaire et fait appel à la » force hydraulique » pour séparer les deux moitiés de la coquille, avant de consommer le contenu charnu d'un coquillage.
C'est un animal particulièrement résistant, et certaines espèces peuvent même se reconstituer entièrement à partir d'un seul bras et d'un bout de disque central. Ses prédateurs sont peu  nombreux. Quelques  poissons,  la loutre de mer ou certains crustacés, en recherchent parfois ! 
Mais chez les étoiles de mer, le cannibalisme est une pratique courante pour certaines espèces.

Gros prédateurs d'huitres, de moules et de coquilles St Jacques,  elles sont présentes en très grand nombre cette année sur nos  sur nos côtes. 
En effet, c'est avant tout l'effet de dessalure (forte quantité d'eau douce dans l'eau de mer) qui régule les populations d'étoiles.  2017 est une année de sécheresse et  les étoiles ont pu proliférer.  
Pour parer « ce raz de marée », les mytiliculteurs ont fait appel à  la société Polyway du Croisic qui a  imaginé un étui en composite, revêtu d'une matière anti-adhérente, pour contrer l'inexorable prédation des étoiles sur les pieux de bouchots.
L'Océarium participe aussi aux premiers tests in situ de ce nouveau concept grâce à ses bassins d'eau de mer, essais qui se sont avérés plutôt concluants ..... avant les essais en milieu naturel.